top of page

Le Pardon Chrétien | Les 3 erreurs courantes

Dernière mise à jour : 20 mai

Le pardon chrétien est un acte qui transcende la noblesse. Et si nous réhabilitions la grandeur du pardon selon l’amour de Dieu ? Je suis fermement convaincue que nous avons tous besoin de pardonner, peu importe la gravité de nos expériences, car chacun porte en lui des blessures singulières.


Alors, comment se caractérise le pardon chrétien et pourquoi est-il si important ? Dans cet article, je vais redéfinir le pardon et te montrer les 3 erreurs courantes t’empêchant d’accéder à la paix intérieure.






Pourquoi évoquer la noblesse du pardon ? Définition du pardon chrétien



Pardon Chrétien


Je crois profondément que le pardon va à l'encontre de notre nature intrinsèque. En tant que coach en foi chrétienne, je suis animée par l’amour de Dieu et je lui adresse toute ma gratitude. Je reconnais ma propre humanité, guidée par des besoins, des désirs et des pulsions, ce que l'on pourrait qualifier de "chair." Et non pas au sens purement sexuel mais avec une globalité de l’être plus profonde concernant l’enveloppe charnelle.


En effet, la relation entre le pardon et notre nature humaine réside dans le fait que notre chair tend toujours vers la justice, la reconnaissance et l'égocentrisme.


Ainsi, pardonner selon l’Évangile n'est pas une action spontanée ni facile, mais plutôt un acte profondément spirituel et noble. Je crois que c'est la main de Dieu qui nous soutient et nous permet d'accéder à un véritable et authentique pardon.


Comment reconnaître les 3 erreurs courantes à propos du pardon ?



Pardonner dans la chretienté


De plus, je pense que nous commettons plusieurs erreurs en ce qui concerne le pardon. J'en ai répertorié 4 parmi les plus fréquentes.


Erreur n° 1 : le pardon est une simple formalité


La première, et sans doute la plus courante, est de considérer le pardon comme une formalité. Ce n'est pas simplement dire "je te pardonne" après avoir subi une offense. Cette approche ne fait que maintenir l'offense en nous, affectant négativement notre vie.


Pardonner nécessite de prendre conscience de la profondeur de la blessure et de ses conséquences sur notre quotidien. En minimisant le pardon à une simple formalité, nous négligeons la souffrance que nous avons endurée.


Si nous consultons la Bible et la pensée de Dieu sur le pardon, nous comprenons que Dieu a sacrifié Jésus-Christ sur la croix pour pardonner nos péchés. En effet, le péché est si éloigné de la sainteté divine que pour rendre le pardon efficace et complet, Dieu a sacrifié son propre fils. Il faut savoir que Notre-Père est intentionnel et très précis. Il n'a pas minimisé notre péché, mais a payé un prix élevé pour le pardon de tous. De même, encore aujourd'hui, il ne minimise pas ce qui attriste son coeur... ou le nôtre.


Nous devons donc comprendre que pardonner a un coût, que ce soit sur le plan moral ou psychologique, bien qu’aujourd’hui, il ne s’agit plus de sacrifice. Le pardon est une réponse consciente à une offense pleinement réalisée. C’est un acte d’une grande noblesse dont la bénédiction pour soi est réelle. Lorsque tu relâches l’offense, tu relâches le bourreau et tu te relâches avec.


Ce n'est pas à prendre à la légère, sous peine de passer à côté de la puissante libération qui découle d'un vrai pardon.


Podcast Offert Elpis Coaching


Erreur n° 2 : Le pardon agit comme une baguette magique


Beaucoup pensent que le simple fait de pardonner efface instantanément, comme une baguette magique, l'offense et ses conséquences. Cette croyance est fausse et retire toute sa puissance et sa noblesse au pardon chrétien.


Le pardon n’est pas immédiat. Loin d’être effectif à l’instant T, le pardon est un processus, une décision que nous prenons à un moment, et il nous faut du temps pour qu’il soit totalement actif en nous. Beaucoup minimisent cette réalité. Pardonner peut être un processus long et exige de la vigilance pour éviter de retomber dans le cycle de l'offense.


Si cela se produit, ce n'est ni une fatalité ni une fin en soi. Il suffit de se rappeler :

  • la décision de pardonner ;

  • ce que nous pardonnons ;

  • pourquoi nous avons décidé de pardonner ;

  • puis de reprendre son positionnement pour ne pas oublier son engagement.


Erreur n° 3 : Le pardon efface ou innocente l’offense reçue


Combien de fois ai-je entendu :

  • « Il ne mérite pas mon pardon ! »

  • « Je vais lui pardonner et il va continuer sa vie comme si de rien n’était ?! »

  • « Je ne lui pardonnerai pas, ce qu’il a fait est injuste ! » ?

En pardonnant, nous n’ignorons pas la gravité des actions de la personne. Nous ne pensons pas que tout est oublié ou que les conséquences n'existent plus. Non, car le pardon concerne notre bien-être psychologique, physique et spirituel, non pas la personne en face.


En libérant l'offense, nous nous libérons également. Si nous retenons l'offense, nous nous attachons inconsciemment à la personne qui l'a causée.


Mais cela ne fonctionne que dans un sens. La personne en face n'est pas nécessairement accablée par la culpabilité parce que nous lui en voulons, il ne va pas forcément demander pardon. Notre relation n'a pas nécessairement d'impact sur elle, que nous soyons proches ou pas. La personne que nous retenons prisonnière, c'est nous-mêmes.


Voilà pourquoi il est important de pardonner pour trouver sa paix intérieure.


Bonus, l'erreur n°4 : Croire que l’on pardonne pour l’autre



Pardonner avec Foi Chrétienne


Cela nous amène à la quatrième erreur : croire que nous pardonnons pour l'autre. Bien que le processus initial soit centré sur l'autre, la véritable bénédiction est pour nous.


Comment est-ce possible ?


Car en pardonnant, nous nous libérons, nous nous détachons de l'amertume, de la colère et de la rancune. Et tant mieux, car ces émotions ont des répercussions néfastes sur notre santé, nos relations avec les autres, notre relation avec nous-mêmes et notre relation avec le Seigneur. C'est dommage et triste de voir tant de personnes autour de nous prisonnières de ces sentiments liés à l’impossibilité de pardonner.


Conclusion


En fin de compte, le pardon chrétien est un acte noble, souvent mal interprété. Il nécessite du temps, de la réflexion et une compréhension profonde de son impact sur notre propre bien-être.


Pardonner n'efface pas l'offense, il n'innocente pas non plus l'offenseur, mais il nous libère de l'emprise de la souffrance, nous permettant ainsi de vivre une vie plus saine et en accord avec notre foi chrétienne.


Pardonner est un cadeau que nous nous faisons à nous-mêmes. Si tu ne sais pas comment faire pour te libérer, mon programme spécialisé consacré aux blessures et au pardon peut te guider dans cette démarche spirituelle.


Avec amour,

Johanna


Programme-coaching-johanna-lavorel



Elpis coach biblique pour femmes de foi chrétienne





50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page