top of page

Comment Guérir les Blessures de l’âme selon la Bible ?

Dernière mise à jour : 19 juin

Les blessures de l’âme, voilà un sujet passionnant qui me tient à cœur ! J'ai découvert cette approche il y a quelques années, et la profondeur des observations de Lise Bourbeau, ainsi que des pionniers qui l'ont précédée, m'a vraiment éblouie.


Aujourd'hui, je souhaite partager avec toi comment ces concepts peuvent être éclairés par la sagesse biblique pour une guérison profonde et durable.






Une découverte révélatrice


Au fil de centaines d’entretiens, des psychologues et psychanalystes ont identifié des schémas récurrents de blessures émotionnelles, donnant naissance à ce que nous connaissons aujourd'hui comme les 5 blessures de l’âme : 


  1. Trahison

  2. Rejet

  3. Abandon

  4. Humiliation 

  5. Injustice


Ces concepts, compilés dans le célèbre ouvrage "Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même" de Lise Bourbeau, offrent une grille de lecture précieuse pour comprendre nos comportements.


Attention cependant : une personne ne se résume pas à ses blessures ! 


Ces outils sont là pour nous aider, non pour nous enfermer dans des étiquettes. Je n’adhère pas complètement à la vision de Lise Bourbeau, notamment sur la réincarnation, la pureté de l’âme, et les morphologies types liées aux blessures, en raison de mon passé d'infirmière et en psychiatrie. 


Le risque est de réduire 8 milliards de personnes à seulement 5 blessures, donc je préconise la prudence avec ces grilles de lecture. En tant que chrétiennes, il est crucial de se souvenir de ce que Christ dit de nous et de ne pas tout expliquer par ces blessures.


Les 5 Blessures de l’Âme d’après Lise Bourbeau

Blessure de l'âme en chretienté

Les blessures de l’âme se déclenchent généralement pendant l’enfance, et certaines même au niveau de la vie intra-utérine. L’auteure précise que pour se protéger, nous développons des masques comportementaux, qui sont des mécanismes d'adaptation inconscients, modifiant notre personnalité pour éviter de revivre ces blessures.


1. Blessure de l'âme : Rejet 


Ne pas sentir le droit d'exister.


  • Masque : fuyant

  • Corps : contracté, étroit, mince ou fragmenté.

  • Vocabulaire : « nul », « rien », « inexistant », « disparaître ».

  • Caractère : détaché du matériel. Perfectionniste. Intellectuel. Passe par des phases de grand amour à des phases de haine profonde. Ne croit pas à son droit d'exister. Difficultés sexuelles. Se croit nul, sans valeur. Recherche la solitude. Effacé. Capacité de se rendre invisible. Trouve différents moyens pour fuir. Se croit incompris. Difficulté à laisser vivre son enfant intérieur.

  • Plus grande peur : la panique.

  • Alimentation : appétit coupé par les émotions ou la peur. Petites portions.

  • Pour fuir : sucre, alcool ou drogue.


2. Blessure de l'âme : Abandon 


Manque de nourriture affective ou du genre de nourriture désiré.


  • Masque : dépendant

  • Corps : long, mince, manque de tonus, affaissement, jambes faibles, dos courbé, bras semblent trop longs et pendent le long du corps, parties du corps tombantes ou flasques.

  • Vocabulaire : « absent », « seul », « je ne supporte pas », « je me fais bouffer », « on ne me lâche pas ».

  • Caractère : Victime. Fusionnel. Besoin de présence, d'attention, de support et surtout de soutien. Difficulté à faire ou à décider quelque chose seul. Demande des conseils et ne les suit pas nécessairement. Voix d'enfant. Difficulté à se faire dire non (à accepter un refus). Tristesse. Pleure facilement. Attire la pitié. Un jour joyeux, un jour triste. S'accroche physiquement aux autres. Psychique. Vedette. Recherche l'indépendance.

  • Plus grande peur : la solitude.

  • Alimentation : Bon appétit. Boulimique. Aime les aliments mous. Mange lentement.


3. Blessure de l'âme : Humiliation 


Manque de liberté. Se sent humilié par le contrôle de la personne de référence.

  • Masque : masochiste

  • Corps : gros, rondelet, taille courte, cou gros et bombé, tensions au cou, à la gorge, aux mâchoires et au pelvis. Visage rond, ouvert.

  • Vocabulaire : « être digne », « être indigne », « petit », « gros ».

  • Caractère : a fréquemment honte de lui-même et des autres ou peur de faire honte. N'aime pas aller vite. Connaît ses besoins mais ne les écoute pas. En prend beaucoup sur son dos. Contrôle pour éviter la honte. Se croit malpropre, sans cœur, cochon ou moindre que les autres. Fusionnel. S'arrange pour ne pas être libre car « être libre » signifie « illimité ». S'il est sans limites, il a peur de déborder. Joue à la mère. Hypersensible. Se punit en croyant punir l'autre. Veut être digne. Vit du dégoût. Honte au niveau sexuel mais aussi sensuel et n'écoute pas ses besoins sexuels. Compense et se récompense par la nourriture.

  • Plus grande peur : la liberté.

  • Alimentation : aime les aliments riches en gras, chocolat. Boulimique ou plusieurs petites portions. Honte de s'acheter ou manger des gâteries.


Johanna Coach de vie chrétienne

4. Blessure de l'âme : Trahison


Bris de confiance ou attentes non assouvies dans la connexion amour/sexuel. Manipulation.


  • Masque : contrôlant

  • Corps : exhibe force et pouvoir. Chez l'homme, épaules plus larges que les hanches. Chez la femme, les hanches plus larges et fortes que les épaules. Poitrine bombée. Ventre bombé.

  • Vocabulaire : « dissocié », « as-tu compris la question ? », « je suis capable », « laisse-moi faire seul », « je le savais », « fais-moi confiance », « je ne lui fais pas confiance ».

  • Caractère : se croit très responsable et fort. Cherche à être spécial et important. Ne tient pas ses engagements et ses promesses ou se force à les tenir. Ment facilement. Manipulateur. Séducteur. A beaucoup d'attentes. D'humeur inégale. Convaincu d'avoir raison et essaie de convaincre l'autre. Impatient. Intolérant. Comprend et agit rapidement. Performant pour être remarqué. Comédien. Se confie difficilement. Ne montre pas sa vulnérabilité. Sceptique. Peur du désengagement.

  • Plus grande peur : la dissociation, la séparation, le reniement.

  • Alimentation : bon appétit. Mange rapidement. Ajoute sel et épices. Peut se contrôler lorsqu'il est occupé mais perd le contrôle par la suite.


5. Blessure de l'âme : Injustice


Être performant et parfait. Blocage de l'individualité.


  • Masque : rigide

  • Corps : droit, rigide et le plus parfait possible. Bien proportionné. Fesses rondes. Petite taille serrée par vêtement ou ceinture. Mouvements rigides. Peau claire. Mâchoire serrée. Cou raide. Droit de fierté.

  • Vocabulaire : « pas de problème », « toujours/jamais », « très bon/très bien »,

« très spécial », « justement », « exactement », « sûrement », « d'accord ? ».

  • Caractère : perfectionniste. Envieux. Se coupe de son ressenti. Croise souvent les bras. Performant pour être parfait. Trop optimiste. Vivant, dynamique. Se justifie beaucoup. Difficulté à demander de l'aide. Peut rire pour rien pour cacher sa sensibilité. Ton de la voix sec et raide. N'admet pas qu'il vit des problèmes. Doute de ses choix. Se compare à mieux et à pire. Difficulté à recevoir en général. Trouve injuste d'en obtenir moins et encore plus injuste d'en recevoir plus que les autres. Difficulté à se faire plaisir sans se sentir coupable. Ne respecte pas ses limites, s’en demande beaucoup. Se contrôle. Aime l'ordre. Rarement malade, dur pour son corps. Colérique. Froid et difficulté à montrer son affection. Aime avoir une apparence sexy.

  • Plus grande peur : la froideur.

  • Alimentation : préfère aliments salés aux sucrés. Aime tout ce qui est croustillant. Se contrôle pour ne pas grossir. Se justifie et a honte lorsqu'il perd le contrôle.


Pourquoi ces blessures sont-elles importantes ?

Douleur de l'âme bible

Impact spirituel


Les blessures de l'âme ont de profondes répercussions sur nos relations avec les autres, avec nous-mêmes, et surtout avec Dieu. 


Par exemple, une peur de la trahison peut affecter notre foi et notre obéissance, tandis qu'un sentiment de rejet peut compliquer notre appropriation de notre identité en Christ. Dieu veut que nous grandissions en maturité spirituelle, ce qui implique de ne plus nier ou minimiser notre histoire.


Les masques : des mécanismes d'adaptation


Quand nous sommes blessées, nous développons des masques pour nous protéger. Ces masques sont des comportements ou des attitudes que nous adoptons pour éviter de revivre la douleur de nos blessures. 


Par exemple, pour éviter la trahison, nous pouvons devenir hyper-vigilantes ou contrôlantes. Ces masques nous empêchent d'être authentiquement nous-mêmes et d'interagir sincèrement avec les autres.


Comment guérir les Blessures de l'Âme : par où commencer ?



Les blessures de l'âme dans la religion


1. Reconnaître et identifier la blessure


Admettre la blessure et comprendre comment elle s'est formée est le premier pas. Il ne s'agit pas de blâmer mais de faire la lumière sur la vérité, comme le demande la Bible. "La vérité vous rendra libres" (Jean 8:32).


2. Accepter et Assumer


Notre perception des blessures est subjective, influencée par notre sensibilité et caractère. Le problème est que nous oscillons souvent entre réprimer nos émotions ou les exagérer, rendant la reconnaissance de notre douleur difficile. Cesse de minimiser ou d'exagérer ce que tu ressens. La souffrance est réelle, et il est essentiel de l'accepter pour commencer à guérir.

3. Être active dans le processus de guérison


Dieu veut que nous nous comportions en homme et femme mature. La guérison des blessures de l'âme est une collaboration entre notre volonté de changer et la grâce de Dieu. Identifie, reconnais, accepte et adresse tes blessures pour initier un changement véritable. 


Jésus nous appelle à être actives de notre bien-être, à comprendre, à pardonner, et à vivre en équilibre. Sois prête à revenir sur ce chemin à différentes étapes de votre vie. 


4. Faire la part des choses entre spirituel et psychologique


Dieu est l'auteur de notre psyché et de nos émotions. Un équilibre entre spiritualité et compréhension psychologique est crucial. En effet, la guérison des blessures de l’âme ne se fait pas uniquement par la compréhension psychologique mais aussi par une approche spirituelle. 


La Bible nous enseigne que nous sommes des êtres spirituels, et notre relation avec Dieu joue un rôle central dans notre guérison. 


5. Prier et méditer 


La prière aide dans le processus de guérison. En apportant nos blessures devant Dieu, nous ouvrons notre cœur à sa paix et à sa guérison.


La Guérison : un processus continu


La Guérison : un processus continu 


Est-ce immédiat, facile ou une fois pour toutes ?


Non, la guérison est un processus souvent long. Chaque étape de notre vie peut révéler de nouvelles couches de blessures à traiter. Même si nous pouvons expérimenter des moments de libération spirituelle intense, cela n'implique pas que nous soyons guéries de tout. Nous guérissons uniquement des blessures dont nous sommes conscientes à un moment donné. 


Ton chemin de guérison commence aujourd'hui ! Embrasse ce voyage avec patience et foi. Identifie tes blessures, accepte-les et engage-toi dans le processus de guérison avec la conviction que, malgré le temps que cela prendra, Dieu est avec toi à chaque étape. Tu es appelée à vivre en liberté et en abondance avec une âme guérie et épanouie.


Mot de la fin


Rappelle-toi, tu n’es pas seule dans ce voyage. Dieu est avec toi, et il te guide à chaque pas. Alors, commence dès aujourd'hui, prenez les rênes de votre vie grâce au coaching pour femme chrétienne. Et marche avec confiance vers une vie de plénitude et de paix !


Avec Amour,

Johanna


Programme Johanna Lavorel


15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page